Dossier test de matériel de randonnée été-automne 2015

Matériel de randonnée, 2015, Ph. Moctar KANE.J’ai pu testé cet été, et aussi en ce début d’automne, divers équipements de randonnée. Il y a certes bien d’autres produits que j’aurais voulu avoir ou que je n’ai pas eu le temps de tester. Mais les dix sélectionnés et présentés ici sont tous ceux que j’ai appréciés : le sac à dos Millet Khumbu 55+10, les chaussures Millet Friction GTX, les chaussures Hoka One One Tor Ultra HI WP, la chemise Columbia Cascades Explorer Long Sleeve Shirt, la veste Columbia Rainstomer Jacket, la veste Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket, la popote Stanley Mountain Vacuum Food System, le réchaud à gaz Jetboil Zip, le multi-outil Leatherman OHT et le couteau Opinel N°8 Outdoor. Voici le premier dossier test de High-Tech Out.
Test Millet Khumbu 55+10 : un sac à dos pour aller loin

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10.

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10.

Le Millet Khumbu 55+10 est un sac à dos de grande capacité, soit 55 litres plus les 10 l de la partie haute amovible. Estampillé sac de trekking par le fabricant, il est évidemment utilisable en randonnée de longue durée, pour un périple de plusieurs jours nécessitant le transport de charge et de volume relativement importants.

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10, 2015, Ph. Moctar KANE.

Remarquable, il y a de nombreuses poches qui parsèment le Millet Khumbu 55+10. En particulier, je noterais les deux poches latérales zippées, tout en longueur.
Outre les poches zippées, le capuchon amovible possède une autre ouverture, sur sa face inférieure, qui donne accès à un porte-clé. Ce capuchon peut s’avérer bien utile dans certains cas. Lorsque vous devez vous éloigner ou vous séparer de votre gros sac (train, transfert dans un véhicule, garde provisoire, …), vous pouvez y placer des affaires essentielles et le garder avec vous. Dommage que des sangles supplémentaires ne permettent pas un port plus pratique.

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10, 2015, Ph. Moctar KANE.

A savoir, l’intérieur du Millet Khumbu 55+10 est constitué de deux compartiments. Entre le principal (bien plus volumineux) et l’autre, situé en bas, existe une une paroi zippée. J’aurais préféré que cette paroi couvre la surface totalement. Des objets de petite taille pourront passer facilement du compartiment supérieur vers le bas.
Pour terminer avec les poches de ce sac à dos Khumbu 55+10, quoique nombreux et d’ailleurs pratiques à l’usage, il en manque au niveau de la ceinture abdominale, à mon avis. Ces poches auraient permis, au cours de la marche, un accès rapide et pratique à certains objets (multi-outil, compact,…).

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10 et sa housse anti-intempéries, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le sac à dos Millet Khumbu 55+10 et sa housse anti-intempéries, 2015, Ph. Moctar KANE.

Un autre point fort de ce sac à dos Khumbu 55+10, c’est son port, très confortable. De la large ceinture ventrale aux brettelles et sangles de rappel, le tout se règle facilement et assure un bon maintien du sac sur soi. Et le réglage de la hauteur du sac (et des bretelles en conséquence) sur son dos est très efficace! Le fabricant appelle son système Millet TCS back. Il repose sur un jeu de rails en aluminium fixés à la paroi externe du sac. A savoir, le sac est rigidifié par une armature métallique.

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le sac à dos de randonnée Millet Khumbu 55+10, 2015, Ph. Moctar KANE.

Prix 210 €.

Test Millet Friction GTX : des chaussures de randonnée qui adhèrent

Les chaussures de randonnée Millet Friction GTX.

Les chaussures de randonnée Millet Friction GTX.

Ces Millet Friction GTX sont qualifiées par leur fabricant de « chaussures d’approche ». Mi rando, mi escalade, elles sont conçues pour aborder les premières pentes et la moyenne montagne. Ma première prise en main, ou mise à pied devrais-je dire, s’est faite au cours d’une petite randonnée tranquille dans les hauteurs d’Annecy. J’ai testé aussi ces Millet Friction GTX sur le terrain de la Forêt de Fontainebleau, en passant évidemment plusieurs fois dans les zones rocheuses.

Les chaussures de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

Les chaussures de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

Tige basse en cuir, couplé à du Gore-Tex , semelle en Vibram, la Millet Friction GTX se caractérise par une esthétique sobre, limite un peu traditionnelle. Rien à voir avec le look flashy de certaines chaussures outdoor. Le laçage, généreux, et qui descend presque jusqu’en niveau des orteilles, n’encombre nullement cette sobriété. J’aime beaucoup. A l’avant et à l’arrière se trouve un renfort en caoutchouc.

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

Mes pieds à l’intérieur ont trouvé leur confort. La semelle est rigide, solide. Très rassurante sur un terrain accidenté, fait de cailloux, de rocs, la Millet Friction GTX protège efficacement le pied. J’ai pas non plus hésité à m’aventurer dans une zone végétale dense. On sent vraiment que ses pieds sont protégés.

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX sur le terrain, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

J’ai également constaté la très bonne adhérence de ces Millet Friction GTX. C’est même un peu impressionnant de voir ses chaussures tenir si bien la pente!
Par contre, si vous devez accélérer le pas, voire courir (ce que j’ai dû faire pour ne pas rater le train de retour), sachez, vous vous en doutiez, que les Millet Friction GTX n’ont que peu de déroulé. Leurs semelles sont vraiment trop rigides. L’approche suppose un rythme plus lent!

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX, sur le terrain, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Millet Friction GTX, 2015, Ph. Moctar KANE.

Prix 150 €.

Test Hoka One One Tor Ultra HI WP : des chaussures de randonnée amortissantes

La chaussure de randonnée Hoka One One Tor Ultra HI WP.

La chaussure de randonnée Hoka One One Tor Ultra HI WP.

Ces chaussures de randonnée sont, sur plusieurs points, à l’opposée des Milet Friction GTX testées juste avant. Autant ces dernières sont austères, autant, et c’est une marque de fabrique de Hoka One One, ces Tor Ultra HI WP ne passent pas inaperçues avec leur look atypique! C’est la deuxième paire de chaussures de Hoka One One que j’évalue sur HTO (voir ici le test des Conquest) : visiblement ces godasses sont faites pour être repérées par les autres. Elles seraient peut-être aussi utiles par temps de brouillard… Bref, je n’aime pas les couleurs trop vives et le mélange choisis par Hoka One One. Toujours à l’opposée de la Millet Friction, la Hoka One One Tor Ultra HI WP a une tige haute. Elle n’est pas entièrement en cuir, mais mélangée à du plastique (revêtement au niveau arrière) et du mesh en nylon (surtout dans la partie haute à partir de la cheville). Estampillée Vibram, la semelle externe a la particularité d’être constituée de deux parties de dureté opposée. Une partie interne molle et une partie dure, essentiellement située sur le pourtour et sur une bande transversale au niveau des têtes de métatarses (dans la zone d’appui du pied lors de la phase finale du déroulé). Typique de la marque, la semelle intermédiaire est très compensée. Pour terminer cette présentation, sachez que l’intérieur de la chaussure est tapissée d’une couche d’Event, dont le rôle est de l’imperméabiliser.

Les chaussures de randonnée Hoka One One Tor Ultra HI WP, 2015, Ph. Moctar KANE.

Les chaussures de randonnée Hoka One One Tor Ultra HI WP, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Hoka One One Tor Ultra HI WP, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Hoka One One Tor Ultra HI WP, Ph. Moctar KANE.

Je ne peux juger la fiabilité de cette membrane Event, mes sorties ayant été épargnées par la forte pluie. Par contre, j’ai parcouru suffisamment les sentiers pour vous dire que ces chaussures de randonnée Hoka One One Tor Ultra HI WP sont bien curieusement géniales! Elles offrent un gros confort aux pieds. Et surtout, j’avais presque l’impression de porter des chaussures de course à pied. Celles ayant un amorti accentué. Elles peuvent bondir comme d’autres chaussures que j’ai testées (les On CloudSurfer testées ici ou évidemment les Hoka One One Conquest). En fait, ces Hoka One One Tor Ultra HI WP sont adaptées à la randonnée dynamique. Et contrairement aux Millet Friction, on peut même donc courir avec elles! Évidemment,  on ne s’alignera pas au départ d’un marathon ou d’un trail avec ces Tor Ultra HI WP. Mais sachez que s’il faut courir pour je ne sais quelle raison lors d’une randonnée, elles garantiraient un bon confort. Attention cependant, à mon avis, la tige haute n’est pas assez rigide dans sa partie supérieure pour offrir la même protection à la cheville que les bonnes vieilles chaussures montantes de randonnée.

La chaussure de randonnée Hoka One One Tor Ultra HI WP, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chaussure de randonnée Hoka One One Tor Ultra HI WP, 2015, Ph. Moctar KANE.

Prix 200 €.

Test Columbia Cascades Explorer Long Sleeve Shirt : une chemise confortable

La chemise Columbia Cascades Explorer.

La chemise Columbia Cascades Explorer.

Je tenais à tester une chemise pour ce dossier randonnée. Et surtout une chemise multipoche (mais pas seulement). Une chemise pratique pour la randonnée et le voyage.
Et cette Columbia Cascades Explorer Long Sleeve Shirt, en nylon, en  a quatre poches! Précisément, deux paires de deux larges poches. Chaque paire associe une poche avec rabat à ouverture verticale et une autre poche, en dessous, qui s’ouvre latéralement. Toutes les poches sont pourvues de scratch pour la fermeture. Au-dessus de la poche gauche se trouve une boucle, sur lequel il est possible d’attacher un petit objet. Au dos de la chemise se trouvent deux fentes d’aération. Utile aussi pour réguler l’aération : chaque manche peut être retroussée et gardée telle quelle grâce à une languette pourvue d’un bouton.

La chemise Columbia Cascades Explorer, 2015, Ph. Moctar KANE.

La chemise Columbia Cascades Explorer, 2015, Ph. Moctar KANE.

J’ai testé cette  Columbia Cascades Explorer Long Sleeve Shirt en voyage et en randonnée. Elle est agréable à porter. Elle bénéficie effectivement d’une très bonne aération. Évite l’excès de transpiration. Autre avantage notable, elle ne se froisse pas facilement! Le fabricant parle d’une technologie OMNI-SHADE dont la propriété affichée est la protection contre les effets les UV. Je ne peux ni infirmer ni confirmer cela, n’ayant pas vraiment testé dans la durée cette Cascades Explorer sous un grand soleil. Par contre, encore une fois, dans la chaleur, la chemise s’est révélée agréable et pratique.
Prix 55 €.

Test Columbia Rainstomer Jacket : une veste efficace contre la pluie

La veste Columbia Rainstomer Jacket.

La veste Columbia Rainstomer Jacket.

Je voulais une veste de randonnée légère. J’ai testé cette Columbia Rainstomer Jacket. Elle n’est constituée quasiment que d’une seule couche, fine par ailleurs. Elle a une capuche serrant plus ou moins la tête grâce à un cordon de réglage. Petit détail, le capuchon peut s’enrouler et rester à l’arrière grâce à une petite languette. A la base du capuchon, un revêtement en feutre a été rajouté pour adoucir les frottements avec le menton. La Columbia Rainstomer Jacket possède deux larges poches latérales zippées et imperméables. Au bas du manteau, il y a un ourlet, par lequel passe un cordon de serrage.

La veste Columbia Rainstomer Jacket, Ph. Moctar KANE.

La veste Columbia Rainstomer Jacket, 2015, Ph. Moctar KANE.

Sur le terrain, en randonnée, mais je l’ai utilisée aussi en ville, j’ai apprécié la légèreté de la Columbia Rainstomer Jacket. Peu encombrante, elle se plie facilement dans un sac. Je l’ai portée sous une bonne pluie. Elle est bien imperméable, incontestablement. Mais attention, son unique et fine membrane m’a quelques fois donné l’impression que j’étais mouillé. Et lorsque la pluie est froide, la sensation peut être désagréable si on n’a pas dessous quelque chose de suffisamment épais. Mais à la limite, ce n’est pas étonnant, vue la finesse de la veste. Qui n’est pas faite pour le froid, vous l’aurez compris, ce n’est pas sa priorité. Le seul reproche que je ferais à cette veste, c’est l’absence de poche interne. J’aurais en effet préféré avoir une poche où sécuriser d’avantage une de mes affaires (pièce d’identité, mobile, …).
Prix 84 €.

Test Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket : une veste de repli

Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket.

Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket.

C’est une veste dite « shell ». Une sorte de coquille qui moule le haut du corps. Elle est composée de nylon et d’élasthanne (Lycra). Le capuchon n’a pas besoin de cordon pour mouler la tête. Par contre, il y en a un au bas de la veste. En tout il y a trois poches zippées. Deux latérales et une troisième située sur la poitrine. Et c’est avec cette poche que s’opère la magie! Elle peut en effet engloutir toute la veste. Il faut jouer des doigts pour fourrer le tout à l’intérieur. Résultat : un housse compacte!

Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket, 2015, Ph. Moctar KANE.

Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket, 2015, Ph. Moctar KANE.

J’étais retissant avant de tester cette Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket. Ce n’était pas le produit de la marque que je voulais évaluer. Mais en portant cette veste, surtout lors d’une brève initiation en spéléologie, j’ai rapidement été conquis. Dans une grotte bien fraiche, elle m’a permis de conserver ma chaleur corporelle. Certes, c’était l’été, mais il faisait très frais sous terre. L’autre avantage, c’est bien sa compacité. Il prend peu de place dans un sac. Et sa coupe, tout comme sa finition, est de bonne qualité!

Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket, 2015, Ph. Moctar KANE.

Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket, 2015, Ph. Moctar KANE.

Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket, 2015, Ph. Moctar KANE.

Mountain Hardwear Super Chokstone Jacket, 2015, Ph. Moctar KANE.

Prix 140 €.

Test Stanley Mountain Vacuum Food System : popote compacte

La popote Stanley Mountain Vacuum Food System.

La popote Stanley Mountain Vacuum Food System.

Le Stanley Mountain Vacuum Food System est composé principalement de deux parties : un récipient isolant d’environ un demi-litre de capacité, faisant office de thermos, et un autre plus large, dans lequel le premier s’emboite. Pourvu d’un manche repliable, c’est ce deuxième pot qui joue éventuellement le rôle de casserole.
Le thermos se ferme à l’aide de deux couvercles. Le premier, plus petit, est en plastique. Le second a une coque externe métallique mais la partie interne ainsi que le bord inférieur sont en plastique. Le premier couvercle sert aussi de petite boîte, un mini container qui se ferme avec un autre petit couvercle : il peut par exemple garder des condiments!
Une cuillère en plastique avec de petites dents (de fourchette) se fixe latéralement le long du thermos.

La popote Stanley Mountain Vacuum Food System, 2015, Ph. Moctar KANE.

La popote Stanley Mountain Vacuum Food System, 2015, Ph. Moctar KANE.

La popote Stanley Mountain Vacuum Food System, 2015, Ph. Moctar KANE.

La popote Stanley Mountain Vacuum Food System, 2015, Ph. Moctar KANE.

Que donne le Stanley Mountain Vacuum Food System, testé plusieurs fois sur le terrain? Le thermos  garde ainsi une soupe chaude pendant au moins deux heures. J’apprécie aussi le couvercle/boite dans lequel j’ai mis tout simplement du sel! Glissé dans le sac à dos l’ensemble est relativement compact et permet donc de garder bien au chaud.
J’aurais préféré cependant que l’imbrication des boîtes soit plus ferme, car il suffit d’une faible rotation pour séparer les deux parties. Autrement, cette Stanley Mountain Vacuum Food System bénéficie d’une grande qualité de fabrication. Et en plus, elle est garantie à vie.
Prix 61 €.

Test Jetboil Zip : un mini réchaud à gaz

Le réchaud à gaz Jetboil Zip.

Le réchaud à gaz Jetboil Zip.

C’est bon pour le moral! De manger chaud après une matinée ou une journée de marche. Quelques fois, c’est même indispensable de pouvoir disposer de source de chaleur suffisante pour cuisiner. Pour assurer son coup, un système de cuisson autonome et de surcroit léger peut être efficace. Le Jetboil Zip est un réchaud à gaz léger et petit. Il pèse 350 g sans sa recharge de gaz (d’un poids d’environ 180 g pour une petite bouteille compatible) et mesure moins de 16 cm de hauteur (pour un diamètre d’environ 10,5 cm). En mode transport, le Jetboil Zip est en fait un petit package comprenant tous les éléments, pied dépliant en plastique compris.

Le réchaud à gaz Jetboil Zip, Ph. Moctar KANE.

Le réchaud à gaz Jetboil Zip, Ph. Moctar KANE.

Au lieu d’utiliser la recharge 100 g du fabricant Jetboil, j’ai tout simplement opté pour un produit compatible avec le Zip. Une petite bombonne de 100 g de gaz propane. Le Jetboil Zip est très efficace : un demi litre d’eau est porté à ébullition en moins de trois minutes. J’ai préparé de la soupe ainsi. J’ai rencontré un problème : le contenu débordait rapidement! J’aurais préféré que le compartiment soit un peu plus haut : ainsi certains liquide pourraient bouillir sans déborder. Autrement, c’est un produit très efficace.
Prix 80 €.

Test Leatherman OHT : le multi-outil qui se manille d’une main

Le multi-outil Leatherman OHT.

Le multi-outil Leatherman OHT.

Après une lubrification de ses rails, cette pince multifonction Leatherman OHT a confirmé la promesse avancée par son fabricant. On peut l’utiliser d’une seule main. Déplier les lames et autres outils avec juste les doigts d’une main. Il faut un peu de pratique pour réussir à sortir la pince. Il faut appuyer le bouton pressoir placé sur chaque manche et d’un coup sec on doit déployer la pince. Il faut basculer l’objet dans l’autre sens pour faire rentrer la pince. Ensuite pour le reste, pour avoir accès aux autres outils, c’est vraiment plus facile. Un doigt suffit pour réussir la sortie de chacun d’entre eux. Très pratique, un marquage à la forme de l’outil est gravé sur le manche à l’endroit idoine. Un cran est présent pour bloquer l’élément ouvert.

Le multi-outil Leatherman OHT, Ph. Moctar KANE.

Le multi-outil Leatherman OHT, Ph. Moctar KANE.

Le fabricant annonce 16 outils regroupés sur ce Leatherman OHT. Je ne parviens pas au même nombre. Compterait-il le bouton de verrouillage empêchant la pince de se déployer la pince.
En tout cas, ce multi-outil Leatherman OHT est très pratique. En randonnée, j’ai utilisé les fonctions couteau et la scie. Je m’en suis servi pour faire un bâton de marche à partir d’une branche d’arbre.
Prix 150 €.

Test Opinel N°8 Outdoor : un couteau bien revisité

Le couteau Opinel N°8 Outdoor.

Le couteau Opinel N°8 Outdoor.

Cette version du fameux couteau Opinel est destinée, comme son nom l’indique, aux activités de plein air. En particulier la randonnée et la mer. L’Opinel N°8 Outdoor a comme le couteau classique une bague de sécurité qui bloque sa lame lorsque le couteau est plié ou déplié. Si sa lame en acier inox est toujours de 8,5 cm de longueur, elle se distingue cependant par la présence d’une partie crantée, destinée à couper plus efficacement une corde, et aussi d’un démailleur (pour dévisser des manilles, pièces métalliques utilisées notamment sur un bateau pour attacher par exemple un cordage). Autre élément distinctif sur l’Opinel N°8 Outdoor, c’est le sifflet au bout du manche en plastique, à utiliser en cas d’alerte.

Le couteau Opinel N°8 Outdoor, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le couteau Opinel N°8 Outdoor, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le couteau Opinel N°8 Outdoor, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le couteau Opinel N°8 Outdoor, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le couteau Opinel N°8 Outdoor, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le couteau Opinel N°8 Outdoor, 2015, Ph. Moctar KANE.

J’ai apprécié le tranchant de la lame de cet Opinel N°8 Outdoor. Utile en randonnée, il m’a servi pour cuisiner. Dans ce cas il est bien plus ergonomique que l’emploi par d’un multi-outil tel le Leatherman HTO. Et de plus, il est esthétique.

Le couteau Opinel N°8 Outdoor, avec son démailleur et son sifflet, 2015, Ph. Moctar KANE.

Le couteau Opinel N°8 Outdoor, avec son démailleur et son sifflet, 2015, Ph. Moctar KANE.

Prix 24 €.

Voici un résumé en vidéo du test de ces équipements de randonnée :

Moctar KANE.

PS : si vous avez trouvé ce test utile, partagez-le, et suivez High-Tech Out sur Twitter (@HighTechOut).

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.