Avant-test Parrot Bebop : un drone dans le vent

Drone Parrot BebopQue fait donc un drone, ici, sur High-Tech Out? En attendant un test plus important, la réponse est dans la suite de la prise en main de ce quadricoptère piloté dans des conditions climatiques un peu agitées.

Le drone Parrot Bebop, Ph. Moctar KANE.

Le drone Parrot Bebop, Ph. Moctar KANE.

En 2010, avec l’iPad, le Parrot AR.Drone était l’appareil high-tech qui m’avait le plus bluffé. J’étais impressionné par les performances techniques de cet appareil volant, qui d’ailleurs pouvait se piloter avec un iPhone ou un iPad. L’une des choses les plus remarquables, c’était la stabilisation dont bénéficiait l’objet en plein vol. A l’époque, c’était le côté « fun », jouet, qui sautait le plus aux yeux. La possibilité de faire voler un engin, plus facilement qu’avec les traditionnels avions ou autres maquettes télécommandées. Mais rapidement, le drone m’apparut comme une superbe plateforme d’observation. D’où il est possible, pour moins cher que la location d’un hélicoptère ou d’un avion, de prendre en images tel environnement ou tel site. Pour un photographe, désireux de compléter certains de ses reportages par des vues aériennes, cela tombait de sens. Moins de dépenses, plus de liberté. Restait à équiper le drone d’un capteur de qualité optique suffisante pour prétendre servir d’outil professionnel. D’autres drones, plus chers et plus complexes à piloter, existent. De plus en plus de chaines TV s’en équipent. Par exemple, France Télévisions, qui a encore employé le drone pour capter quelques unes des superbes images du Tour de France. BFM aussi l’a employé pour prendre des vidéos de zones d’habitation prises dans des inondations. Des sociétés comme DJI visent les photographes professionnels, avec des drones équipés de caméras Full HD.  On en trouvent maintenant à partir de 1100 € environ. Les prix, comme c’est souvent le cas dans le domaine de la high-tech, baissent rapidement! Même si le dernier joujou de la marque, le DJI Inspire 1, coûte environ 2800 € : mais il est capable de prendre des vidéos 4K (à 30 images/s), une résolution supérieure de quatre fois celle de la Full HD…
Parrot, de son côté, vise le grand public. Le drone Bebop, qui fait aujourd’hui l’objet de cet avant-test, se présente comme une caméra Full HD volante, capable de prendre des images d’une grande stabilité, assure le constructeur. Je ne rentrerai pas cette fois dans le détail des aspects techniques. Juste un mot pour indiquer que le Parrot Bebop, comme ses prédécesseurs, se pilote avec un smartphone ou une tablette sous iOS ou Android, via le Wifi. Pour ma part, je l’ai testé ici avec une tablette Asus Nexus 7.

Le drone Parrot Bebop, piloté ici avec une tablette Android, Ph. Moctar KANE.

Le drone Parrot Bebop, piloté ici avec une tablette Android, Ph. Moctar KANE.

Le drone Parrot Bebop, Ph. Moctar KANE.

Le drone Parrot Bebop, Ph. Moctar KANE.

C’est sur le « terrain » de la stabilité que j’ai voulu tester ce Parrot Bebop. Après une petite prise en main à l’intérieur (car ce drone peut évoluer chez soi, mais attention, c’est un vrai ventilateur volant, qui fera valser papiers et petits objets dans tous les sens…), j’ai tenté l’aventure au grand air. Je me suis rendu dans un parc. Par chance, il n’y avait pas grand monde. Au bout d’un moment, j’étais même seul sur la vaste pelouse. Par contre, il y avait du vent! Voici ci-dessous, en vidéo, le compte-rendu.

Prix 500 €.

J’aime
La facilité de la prise en main et la qualité de l’application associée.
La grande stabilité.
La relative robustesse (vue le nombre de chutes subies…).

Je n’aime pas
L’autonomie de la batterie.
Le prix.

Conclusion
Ce drone Parrot Bebop m’a bluffé, lui aussi. Outre la facilité de pilotage (faut dire que ce n’était pas la première fois que je testais un drone de la marque), c’est surtout sa stabilité que j’ai appréciée. Quand vous lâchez les commandes de l’appareil, ce drone reste stable. Et même dans le vent (condition dans laquelle il n’est pas conseillé de l’utiliser), il arrive à faire presque du surplace. Dommage que l’autonomie de la batterie ne suive pas. Il sera difficile de faire environ dix minutes de vol. Le Parrot Bebop est vendu avec deux batteries. Lors de ma sortie j’avais à disposition quatre batteries. Si vous êtes plusieurs utilisateurs, il y aura peut-être un peu de frustration.
Alors, me demanderiez-vous, qu’en est-il donc de la qualité vidéo? Je ne me prononcerai pas aujourd’hui. Parce que je pense que le modèle testé a eu des soucis avec l’enregistrement des images. Celles-ci, après analyse, étaient déformées, tortillées comme des vagues. J’espère pouvoir disposer d’un autre appareil pour vous amener une réponse plus satisfaisante. A une prochaine alors.

Moctar KANE.

Si vous avez trouvé cet avant-test utile, partagez-le et suivez High-Tech Out sur Twitter (@HighTechOut).

Share Button

2 réflexions au sujet de « Avant-test Parrot Bebop : un drone dans le vent »

  1. Ping : Test prise en main Parrot Bebop 2 : un drone plus autonome! | High-Tech Out

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.