Test Atomic Floyd AirJax : des écouteurs intras design et confortables

Écouteurs de sport Atomic Floyd AirJax.Ce ne sont pas seulement des écouteurs de sport, ce sont de bels objets. Les Atomic Floyd AirJax se distinguent d’abord par leur esthétique épurée, ensuite par leur confort.

Écouteurs de sport Atomic Floyd AirJax. Ph. Moctar KANE.

Écouteurs de sport Atomic Floyd AirJax. Ph. Moctar KANE.

Il y a quelques mois, j’ai eu la chance de découvrir une marque, Atomic Floyd. Et de tester un des modèles de leurs écouteurs intra-auriculaires, plus précisément les SuperDarts. Le point commun des intras de la marque, c’est l’usage du métal pour la coque du mini-haut parleur, pour la télécommande filaire, mais aussi du Kevlar pour une partie du câblage. Convaincu de la qualité de ce premier test, j’ai cherché et demandé à tester le modèle sport, nommé Atomic Floyd AirJax.

Écouteur de sport Atomic Floyd AirJax, PH. Moctar KANE.

Écouteur de sport Atomic Floyd AirJax, PH. Moctar KANE.

Ce sont de petites sculptures, des œuvres peu banales. Les intras eux-mêmes sont en métal, ont la forme de quelque capsule pour cosmonaute appelé à côtoyer les étoiles. Chaque capsule étant fixé à un crochet, propre à la retenir en place, dans le canal auditif. Ah, ces crochets, en titanium, si on en croit le fabricant, quels objets! Lisses, brillants, froids, de forme épurée. Ils me rappellent le scalpel d’un chirurgien ou encore certaines prothèses. Nos écouteurs, ne sont-ils pas d’ailleurs des outils bioniques, un lien avec notre smartphone, lui-même devenu interface numérique de notre être. Bon, je m’éloigne là dans la stratosphère. Tout cela pour vous dire que ces crochets-là confèrent aux Atomic Floyd AirJax un look particulier. Mais pas seulement.Car la coque sur ce crochet bénéficie d’une certaine liberté de mouvement. En effet, elle peut coulisser le long de la tige, tourner autour et même pivoter légèrement, grosso modo dans le plan de ce crochet. Ces divers mouvements permettent d’ajuster au mieux chaque intra dans le canal auditif. Une fois la position optimum trouvée, la coque peut être immobilisée, plus ou moins fortement, en serrant sa vis, placée à son extrémité et ce grâce à une petite clé Allen fournie avec les écouteurs.

L'écouteur Atomic Floyd AirJax peut varier sa position sur le crochet . Ph. Moctar KANE.

L’écouteur Atomic Floyd AirJax peut varier sa position sur le crochet . Ph. Moctar KANE.

D’autres éléments marquent la tenue haut de gamme de ces Atomic Floyd AirJax. Le métal, choisi pour la télécommande en forme de tube, pour joindre les câbles et pour prolonger la fiche jack. Mais il y a aussi le Kevlar, qui constitue une partie du câblage. On connait la résistance de ce matériel face aux contraintes mécaniques. Mais pourquoi ne pas l’avoir utilisé aussi sur les autres sections de câbles? A noter, l’attache des câbles, qui semble très solide. Le produit bénéficie d’une finition soignée. Les écouteurs Atomic Floyd AirJax sont vraiment de beaux objets.

Écouteurs de sport Atomic Floyd AirJax : pièces métalliques. Ph. Moctar KANE.

Écouteurs de sport Atomic Floyd AirJax : pièces métalliques. Ph. Moctar KANE.

Outre la clé Allen, sont fournis avec les Atomic Floyd AirJax, une prise jack 6,5 mm, un adaptateur pour avion. Et un étui de rangement en caoutchouc. C’est l’un des étuis les plus pratiques que je n’ai jamais vus. De forme arrondie, cette coque semi-rigide s’ouvre en appuyant sur les côtés. Bouche ouverte, l’étui laisse passer facilement les écouteurs avec ses câbles préalablement enroulés.

Accessoires des écouteurs de sport Atomic Floyd AirJax. Ph. Moctar KANE.

Accessoires des écouteurs de sport Atomic Floyd AirJax. Ph. Moctar KANE.

Sur le terrain
Le port des Atomic Floyd AirJax est agréable. Les crochets métalliques assurent un bon maintien des intras. Ceux-ci ne pénètrent pas vraiment dans le conduit. Du fait d’embouts en plastique assez plats, ils se posent plus qu’ils ne pénètrent dans l’oreille. En mouvement, après plusieurs sorties, ces AirJax se sont montrés confortables. Le déroulé des titres se pilote aussi relativement facilement grâce à sa télécommande.
Par contre, si vous ne voulez plus écouter le son venu de votre baladeur ou de votre smartphone, ni les garder à l’oreille, les Atomic Floyd AirJax, à mon avis, deviennent moins pratiques. Dans ces cas-là, j’ai bien essayé de garder ces écouteurs autour du cou, en les liant l’un à l’autre via les crochets. Mais ils ne tiennent pas en place, se séparant facilement. Ce n’est pas comme les Urbanears Kransen (testé sur HTO ici). Il faut alors par exemple les ranger dans l’étui dédié, dans sa poche. Mais les garder à l’oreille n’est vraiment pas une gêne.

Qualité sonore
Contrairement à ce qu’affirme son constructeur, les basses délivrées par les Atomic Floyd AirJax ne sont pas extraordinaires. Elles sont même discrètes, je trouve. Ces intras n’étant pas vraiment intrusives, ce n’est finalement pas étonnant de noter cette absence de basses, en particulier de basses profondes. Pour ceux et celles qui n’aiment pas les « booms booms » c’est peut-être une bonne chose. L’avantage, sur le terrain, c’est que la morphologie des AirJax permet de garder une oreille ouverte vers les sons extérieurs. On n’est pas complétement dans sa bulle, coupé et non averti d’éventuels dangers qui pourraient arriver, en particulier en milieu urbain. Mais tout de même, moi, j’aurais aimé un peu plus de basses. Ceci étant dit, la qualité des écouteurs est bonne : le son est clair dans son ensemble. Pour info, le rendu reste cependant inférieur à celui du premier modèle d’Atomic Floyd que j’ai eu, à savoir les SuperDarts. Qui, pourvus de haut-parleurs supplémentaires, sont cependant plus chers.

Prix 200 €.

J’aime
La grande qualité de fabrication.
Le design.
Le port agréable et ajustable.
La clarté du son.
La housse de transport et les autres accessoires.

Je n’aime pas
Le prix.

Conclusion
A la vue, au toucher, ces Atomic Floyd AirJax sont un plaisir. Courir avec est plaisant également, car ils bénéficient d’un très bon maintien. On n’a pas peur qu’ils tombent. Le son n’est pas le meilleur, quoique bon. Sur ce plan, ils tirent leur épingle du jeu : ils permettent d’entendre ce qui se passe autour de soi. Outre les séances d’entrainement, j’ai aimé les avoir avec moi dans la vie de tous les jours ces bels objets. Mais que j’apprécierais une version plus expressives au niveau des basses.

Moctar KANE.

PS : si vous avez trouvé ce test utile, partagez-le et suivez High-Tech Out sur Twitter (@HighTechOut).

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.