Test Urbanears Kransen : des écouteurs intra-auriculaires géniaux

Écouteurs Urbanears Kransen, Ph. Moctar KANE.Très portée par le design, appréciée par les urbains attentifs au paraître et par les amateurs de bels objets, Urbanears n’était pas a priori la marque auprès de laquelle je serais allé chercher des écouteurs dédiés aux sportifs, en particulier aux coureurs à pied. Leur attaché de presse en France était, visiblement, persuadé du contraire. Selon lui, les écouteurs intra-auriculaires Urbanears Kransen avaient leur place dans HTO. J’ai accepté alors de tester un exemplaire. Que valent alors ces petits écouteurs ?

Écouteurs Urbanears Kransen, Ph. Moctar KANE.

Écouteurs Urbanears Kransen, Ph. Moctar KANE.

Après avoir testé et apprécié des écouteurs vraiment dédiés au sport (et au running en particulier) tels les Bose sie2 (testés ici il y a plusieurs mois) ou encore les Yurbuds Inspire Talk (dont le récent test est ici), me voilà donc en train d’évaluer ces Urbanears Kransen. A priori un peu sceptique quand même en ce qui concerne leur fonctionnalité. Mais leur design, le mélange plastique et câble tissé, la variété des couleurs disponibles (jusque dix) et leur finition en font d’emblée de petits objets désirables. Personnellement, même si ce n’est pas un critère primordial pour des écouteurs de running, je les trouve esthétiquement très réussis. C’est un bon point : car, d’après ce que je constate, les coureurs (peut-être surtout les urbains) sont, au-delà du soin amené à leur corps, très attentifs à leur apparence, aidés (influencés, devrais-je dire) en cela par le maketing les grandes marques de sport

Mode pause
Après cette appréciation esthétique, il y a le design : ici des fonctionnalités très pratiques induites par ces écouteurs Kransen. Parmi elles, la possibilité de clipser les écouteurs entre eux par l’arrière : ils se fixent tels des boutons pressoirs. Cela n’a l’air de rien au premier abord mais cela se révèle très utile en situation de mobilité. Ne vous arrive-t-il pas lors de vos sorties d’avoir des moments où vous n’avez plus envie d’écouter les morceaux de votre baladeur ou de votre smartphone, ou tout simplement d’attendre, d’arriver dans un parc par exemple, pour lancer la musique? Dans ce cas, avec le système adopté par les Urbanears Kransen, quand vous ne vous en servez pas, vous les laisser autour du cou! Du coups, plus besoin d’aller les chercher ou de les mettre au fonds d’une poche, où le câble va certainement s’entremêler. Bravo.
Écouteurs Urbanears Kransen clipsés entre eux, Ph. Moctar KANE.

Écouteurs Urbanears Kransen clipsés entre eux, Ph. Moctar KANE.

Anti-emmêlement
A propos de fils qui s’entremêlent, un autre système rend l’usage de ces intras encore plus pratique en situation de mobilité. Un orifice présent dans le long manchon en plastique au bout du câble permet l’introduction de la prise jack. Ce faisant, la boucle ainsi formée va nouer le câble qu’on aura enroulé au préalable. Combinée au système qui clipse les écouteurs, le tout évite très efficacement l’entremêlement des fils. Depuis que je teste des écouteurs, des intras, en particulier, je n’ai jamais vu un système de rangement aussi pratique, aussi rapide. Que de fois j’ai vu des écouteurs livrés avec leur boitier en plastique pourvu d’une sorte d’enrouleur qu’on tourne à l’intérieur pour bien ranger le fil : le genre de boitier qu’on laisse à la maison, qu’on oublie, … Ici même l’absence de housse de transport est, avec ce système, un avantage : on ne prend avec soi que ce dont a besoin. Le système de rangement, ce sont les écouteurs eux-même! Re-Bravo!

Système de rangement des écouteurs Urbanears Kransen, Ph. Moctar KANE.

Système de rangement des écouteurs Urbanears Kransen, Ph. Moctar KANE.

 L’écoute en course
J’ai couru plusieurs fois avec les Urbanears Kransen, avec la taille des embouts standard. Les intras ne restaient pas bien en place. C’était à se demander à quel moment ils allaient tomber. Mais les plus petits embouts ont fait l’affaire, heureusement. A chacun sa taille donc. Bon, ici arrivent les habituelles considérations concernant les écouteurs intra-auriculaires. Pour les uns, leur port est inconfortable. Pour les autres, c’est insupportable.
Ces Urbanears Kransen sont capables d’une très bonne isolation passive : de vrais écouteurs anti-bruit, qui viennent quasiment à bout des agressions sonores de certaines lignes des transports en commun de la région parisienne! Mais surtout, du fait de ce fort isolement, c’est en courant qu’il faut faire attention, lorsque vous changez brusquement de direction, même dans un parc : vous n’entendrez pas forcément un vélo venant de l’arrière.

Écouteurs Urbanears Kransen avec un jeu d'embouts supplémentaires, Ph. Moctar KANE.

Écouteurs Urbanears Kransen avec un jeu d’embouts supplémentaires, Ph. Moctar KANE.

Les runners fous de musique devraient être très contents de ces intras. C’est mon avis, comparée à nombre d’écouteurs testés, la qualité audio de ces Urbanears Kransen est très bonne. C’est une de mes surprises. Les fréquences basses sont bien présentes. Ce qui n’est pas exceptionnel tout de même pour des intras avec cette isolation. Mais ici les autres fréquences, notamment les aiguës, ne sont pas étouffées. Le son reste dans l’ensemble limpide. La dynamique est bonne. Encore une fois, je suis étonné par les résultats audio de ces Urbanears Kransen. Ils ne payent pas de mine et ne sont pas chers, pour le son obtenu. Ayant du rendre les Bose SIE2 que j’avais également adoré, je n’oserais pas la comparaison. Moins pénétrant dans le canal auditif, les Bose faisaient moins boum boum que ces Urbanears Kransen et étaient confortables.

Petits plus
C’est devenu banal pour des écouteurs qui s’utilisent souvent avec des smartphones mais il est à noter que ces Urbanears Kransen possèdent une télécommande pour prendre un appel, l’interrompre, (re-)lancer ou stopper la lecture de sa musique. En appuyant deux fois de suite sur le petit bouton de sa télécommande, il est possible de passer au morceau suivant. Par contre, il n’y a pas de réglage du volume. Dommage pour des écouteurs sport ou running.  Mais vu le prix de ces Urbanears Kransen, la critique ne peut être sévère.
J’aime
Le système de auto-clips des écouteurs.
Le système d’enroulement du cordon.
La grande qualité audio.
L’excellent rapport qualité/prix.
La variété du choix de la couleurs.
Le design.
La qualité de fabrication.
Je n’aime pas
L’absence de commande de volume.

Prix 40 €.

Conclusion
La surprise est grande, agréable. Je ne m’attendais pas à autant de qualité avant de tester ces écouteurs intra-auriculaires Urbanears Kransen. Ils ont pour eux beaucoup de qualités : non seulement une belle esthétique, une audio de qualité, un prix abordable. Mais surtout, après avoir fait plusieurs sorties avec ces écouteurs, ces écouteurs se révèlent agréables. Même en dehors de mes séances d’entrainement, j’ai plusieurs fois préféré les embarquer en ville, à la place d’autres écouteurs (plus typés sport, il est vrai).  Ces Urbanears Kransen ont été de toute évidence conçus par des gens qui ont le sens pratique, ou par des gens qui savent observer les usages contemporains. Malgré tout cela, pour en faire pleinement un modèle running il aurait été encore plus convaincant d’y rajouter une commande du volume. Et par ailleurs, je ne peux, ne l’ayant en ma possession que depuis seulement un mois environ jusqu’à ce jour, affirmer qu’il pourra résister à un usage intensif en entrainement. Les matières utilisées sont-ils suffisamment résistants? Mais s’ils le voulaient en tous cas, les responsables d’Urbanears ne seraient pas loin de concevoir un superbe modèle sport. Pour l’heure, félicitations quand même!

Moctar KANE
.

PS : si vous avez trouvé ce test utile, partagez-le, et suivez High-Tech Out sur Twitter (@HighTechOut).

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.