Test Gibson Trainer TH100 : un casque de sport lumineux

Le casque de sport Gibson Trainer TH100.Le fabricant de guitares Gibson a sorti son casque de sport sans fil, la Trainer TH100. Plutôt orienté course à pied, il se distingue par quelques qualités. Notamment la nuit venue.

Le casque de sport Gibson Trainer TH100, Ph. Moctar KANE.

Le casque de sport Gibson Trainer TH100, Ph. Moctar KANE.

Depuis le fameux Beats by Dr Dre, les fabricants associent d’avantage leurs casques à des vedettes. Ainsi, ce Gibson Trainer TH100 est « Inspired by Usain Bolt ». La star mondiale, recordman d’athlétisme, et DJ amateur, n’en est pas à sa première collaboration avec un fabricant de casque. Ceci sent fort le marketing. Cependant, Gibson est connu pour ses guitares et propriétaire de la gamme audio de Philips depuis plus d’un an et demi. La qualité musicale ne devrait pas être mauvais… en principe.

Design
En ce qui concerne le look, ce casque ouvert supra-auriculaire Gibson Trainer TH100 est une réussite, à mon avis. Le design effilé de ce casque léger (162 g sur la balance) est sobre. Quoique en plastique principalement, la fabrication est soignée. Pour assurer, dit le fabricant, une meilleure stabilité en usage sport, l’arceau du Trainer TH100 est constitué d’un arc interne souple qui se rabat vers l’arrière. En position fermée, elle, suffirait pour un usage quotidien, « en ville ».

Le casque de sport Gibson Trainer TH100.

Le casque de sport Gibson Trainer TH100.

Parmi les adaptations nécessaires à un casque de sport (dont évidemment la résistance à la transpiration), il y a celle-ci qui est intéressante : la possibilité de retirer (et d’ailleurs facilement) les coussinets et de les laver.
Les boutons sont sur le côté droit du Gibson Trainer TH100. Les deux petites touches + et – du volume sont sur la tranche arrière, celles pour l’allumage et l’appairage Bluetooth sur la tranche avant. Trois boutons se trouvent sur la face. Le bouton Play au milieu. Au dessus, le bouton Avance (avec une pression) et Retour (avec deux pressions). Le troisième bouton, en bas, est appelé Safesound. Plus simplement, il atténue (légèrement) la musique, afin d’entendre d’avantage son environnement.
Il y a quelque chose que j’ai cherché sans le trouver : une prise jack. Le Trainer TH100 en est dépourvu. Ce qui signifie que ce casque ne fonction qu’en Bluetooth. C’est curieux et dommage! En général les casques Bluetooth, et même les modèles sport, ont une prise jack. Par exemple, le Monster iSport Freedom (testé ici sur HTO).
Je terminerai par un élément, pas le moins intéressant : la LED. Placé sur la tranche arrière du côté gauche. On l’allume en appuyant deux fois sur le bouton d’alimentation du casque. Il se met alors à clignoter. Pour celles et ceux qui courent la nuit ou dans la pénombre.

Sur le terrain
Ce casque de sport Gibson Trainer TH100 bénéficie d’un port très agréable. Il est bien stable sur la tête. Je l’ai testé pour ma part en courant. Ce qui est remarquable aussi : laissé autour du cou, quand on ne veut pas encore ou plus de tout écouter de la musique, il ne gêne pas. Il ne bouge pas dans tous les sens ou ne donne pas l’impression qu’il va tomber.
En ce qui concerne les commandes de lecture, l’ensemble est relativement ergonomique. Même si j’aurais préféré que le relief des commandes Play et surtout Avance/Retour soit plus prononcé.
J’ai couru plusieurs fois avec ce casque TH100 la nuit. Il est formidable pour cela. La LED clignotante est suffisamment puissante pour être vue de loin. Et comme elle est dirigée sur la tranche arrière du côté, elle n’aveugle pas du tout. On n’oublie même qu’elle est là.

Qualité de la musique
Hum, hum. Globalement, le son du Gibson Trainer TH100 n’est pas mal. Le son est enveloppé. Enrobé même de bonnes basses profondes sans excès. Mais la restitution manque de clarté, les hautes fréquences sont trop discrètes. Et je fais ici la comparaison avec d’autres casques ou écouteurs de sport testés auparavant sur HTO, comme par exemple encore le Monster iSport Freedom.
Autrement, dehors, en ville, pendant la course, ce casque reste ouvert à l’environnement sonore.

Autonomie
J’ai testé l’autonomie du Gibson Trainer TH100 en le branchant en Bluetooth à un smartphone avec le volume réglé au maximum. Dans ces conditions, le casque a tenu environ 12h15! Pas mal. En faisant clignoter la LED, le casque a fonctionné pendant environ 9h30.

Prix 250 €.

J’aime
Le confort du port.
Le maintien stable sur la tête.
Le design.
La qualité de fabrication.
La bonne autonomie.
La présence de la LED clignotante.
Le maintien autour du cou, hors d’utilisation.
Les coussinets amovibles et lavables.
La relative bonne ergonomie des commandes.

Je n’aime pas
Le manque relatif de clarté.
L’absence de prise Jack.

Conclusion
Le Gibson Trainer TH100 est un casque sans fil très agréable à utiliser. Que cela soit sur la tête quand on court, ou autour du cou quand on ne veut pas de musique. La signalisation par la LED clignotante est une réussite. Mais pour une marque telle Gibson, la restitution sonore aurait pu être meilleure, avoir plus de clarté. D’autant que ce TH100 était destiné aussi à une utilisation plus quotidienne, hors des entraînements de sport. Utilisation limitée également par l’absence de prise jack. Ce n’est pas encore avec cette version de casque que Gibson va décrocher la médaille d’or du son, ni même l’argent.

Moctar KANE.

PS : si vous avez trouvé ce test utile, partagez-le, et suivez High-Tech Out sur Twitter (@HighTechOut).

Share Button

4 réflexions au sujet de « Test Gibson Trainer TH100 : un casque de sport lumineux »

  1. Bonjour,
    on parle toujours de ce casque en parlant de course, mais tient il lors d’exercices différent comme musculation au poids du corps, yoga etc?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.