Test LifeStraw Go : une bouteille filtrante de grande efficacité

La bouteille filtrante LifeStraw Go.En randonnée ou en voyage dans des régions où trouver de l’eau potable n’est pas certain, cette bouteille filtrante LifeStraw Go peut vous être très utile. Test convaincant.

La bouteille filtrante LifeStraw Go, 05 2018, Ph. Moctar KANE.

La bouteille filtrante LifeStraw Go, 05 2018, Ph. Moctar KANE.

LifeStraw est spécialiste dans le traitement de l’eau contaminée. Cette société propose plusieurs solutions pour purifier de l’eau non potable : de leur fameuse paille aux gros récipients utilisables pour fournir de l’eau traitée à une équipe de randonneurs, à un petit nombre d’habitants ou à un groupe d’individus en situation de sinistre.

Peut-être que vous avez vu le test d’une autre bouteille filtrante, la Water-to-Go, faite sur HTO (ici)? Le principe de filtrage utilisé par le LifeStraw Go semble être le même, de ce que j’ai compris. Sauf que sur le LifeStraw Go c’est d’abord une grande membrane, contenue dans un tube plongeant dans l’eau, qui rentre en action : elle est faite de micro-pores (de 0,2 micron de largeur) qui barrent la route à l’essentiel des microbes (dont l’escherichia coli) et autres protozoaires (micro-organismes parasitaires) et ce à plus de 99,9999. Pas plus que dans le cas du test de la bouteille concurrente Water-to-Go je ne peux vérifier ce taux d’élimination. Après le passage à travers la membrane, la parcours de l’eau varie selon le modèle de bouteille. Elle arrive soit dans l’embout externe d’où la personne aspire pour la boire : dans ce cas il s’agit de la version simple LifeStraw Go de la bouteille. Soit, lorsqu’il s’agit de l’autre modèle LifeStraw Go 2, l’eau va passer à travers une petite capsule remplie de carbone et dont le rôle est l’élimination de composants chimiques tels des pesticides et herbicides. La capsule, d’après le fabricant, élimine aussi les mauvaises odeurs éventuellement contenues dans l’eau.
Un avertissement du fabricant : le LifeStraw Go ne doit pas à être utilisé pour filtrer l’eau de mer, ni pour les eaux contaminées par certains produits industriels chimiques.

Capacité
La bouteille peut contenir 650 ml d’eau à filtrer. J’aurais apprécier, par exemple dans le cas d’une randonnée, que celle-ci atteigne au moins un litre. Mais au moins c’est déjà un peu mieux que la Water-to-Go. Là où c’est d’avantage intéressant, c’est la capacité totale de filtrage de la membrane principale : elle va au moins jusque 1000 litres! Mais comment savoir qu’on a atteint cette limite? D’après LifeStraw, on peut utiliser la bouteille jusqu’au moment où l’aspiration par la bouche n’arrive plus à se faire. Je n’ai pas encore atteint ce stade. Qu’en est-il de la capsule à charbon? Sa capacité, elle, est limitée à 100 litres d’après le fabricant. Là, je n’ai pas vu comment être averti lorsque sa limite est atteinte. A savoir, et ce n’est pas un petit détail, je trouve les deux filtres chers à remplacer. Dommage.

La bouteille filtrante LifeStraw Go démontée, 05 2018, Ph. Moctar KANE.

La bouteille filtrante LifeStraw Go démontée, 05 2018, Ph. Moctar KANE.

Sur le terrain
La présence du mousqueton est un avantage dans le transport de cette bouteille filtrante LifeStraw Go. Que j’ai donc emportée avec moi en randonnée. Cette bouteille est commode à utiliser. Pour tout vous dire, c’est d’abord l’eau du Grand Canal de Fontainebleau que j’ai bu après l’avoir filtrée dans cette gourde LifeStraw Go. Pas d’arrière-goût, ni de contamination à la suite de ce test. J’ai testé aussi l’eau qui coulait dans une des voies du Bois de Vincennes.

Prix 55 €, et 30 € la membrane principale et 16 € les deux capsules carbone en remplacement.

J’aime
La commodité d’usage.
L’absence d’odeur de l’eau traitée.
La capacité maximale de traitement du filtre principal.
L’attache avec le mousqueton.
Le design de la bouteille.

Je n’aime pas
Le prix des filtres en pièce de rechange.

Conclusion
Cette bouteille filtrante LifeStraw Go est très commode d’utilisation. Et surtout très utile : partir en voyage ou en randonnée sachant qu’on pourra potentiellement filtrer pratiquement toute eau contaminée (à l’exception de celle polluée par des déchets chimiques industriels), est quand rassurant. Dommage que les prix des filtres de remplacement soient élevés.

Moctar KANE.

PS : si vous avez trouvé ce test utile, partagez-le, et suivez High-Tech Out sur Twitter (@HighTechOut).

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.