Test PNY PowerPack CL51 : une batterie autonome soft qui tient au courant

La batterie autonome PNY PowerPack CL51.Le PowerPack CL51 est une nouvelle batterie externe (appelée aussi batterie autonome) de PNY. En dehors de sa capacité (de 5100 mAh), elle présente des caractéristiques différentes des précédentes batteries PowerPack (dont la version 7800 mAh avaient été testées ici sur HTO) mais a su garder ce qui faisait de certains des produits à part.

La batterie autonome PNY PowerPack CL51.

La batterie autonome PNY PowerPack CL51.

De l’extérieur comme de l’intérieur, la nouvelle batterie externe CL51 se distingue donc des précédentes PowerPack de PNY (2600 mAh, 5200 mAh et 7800 mAh). Fini le revêtement aluminium du boîtier. A la place, c’est du plastique. Mais attention, ce plastique-là est doux au toucher. On dit « soft », paraît-il. Bref, il est agréable au toucher, vraiment. Ce rechargeur (j’aime bien appeler comme ça la batterie autonome, puisque sa fonction est de recharger nos appareils mobiles tombés en rade) possède deux prises USB : il est capable de recharger deux appareils en même temps. L’une des prises a une capacité de 1 A (c’est suffisant en général pour alimenter correctement un smartphone), l’autre prise délivre un courant de 2,1 A (pour une tablette par exemple). La version 7800 mAh que j’avais testée possède aussi ces deux prises, ainsi que les versions 5200 mAh et 2600 mAh.

La batterie autonome PNY PowerPack CL51. Ph. Moctar KANE.

La batterie autonome PNY PowerPack CL51. Ph. Moctar KANE.

D’ailleurs, je vais comparer le PNY PowerPack CL51 (de capacité 5100 mAh) au PNY PowerPack 5200 mAh. A part la largeur (53 mm contre 44 mm), le CL51 a des dimensions plus réduites : sa hauteur est de 87 mm (contre 102 mm) et sa largeur de 20 mm (contre 23 mm). Dans la main, la compacité de la batterie est appréciable. Sur la balance, le PNY PowerPack CL51 a pesé 125 g (contre 156 g pour le PowerPack 5200 mAh). Les différences de poids et de dimensions ne viendraient pas que du remplacement de la coque en métal par le plastique. Le PNY PowerPack CL51 est une batterie constituée de lithium ion-polymère. Contrairement au lithium ion, le lithium ion-polymère permet la fabrication de batteries plus légères, plus fines. Et serait plus tolérante aux surcharges. Mais parmi ses inconvénients, une densité énergétique  moindre. Sa recharge obéirait aussi à un protocole plus strict. Et son prix par rapport au lithium-ion est plus cher. Est-ce pour cela que le PNY PowerPack CL51, pour une capacité moindre, coûte officiellement autant que le PowerPack 7800?
Et vous l’avez remarqué, le CL51 a gardé une des caractéristiques très intéressantes d’autres PNY PowerPack : l’affichage sur son petit écran du pourcentage de sa charge restante.

Les batteries autonomes PNY PowerPack CL51 et 5200 mAh. Ph. Moctar KANE.

Les batteries autonomes PNY PowerPack CL51 et 5200 mAh. Ph. Moctar KANE.

Test de charge
D’abord j’ai essayé, avec le PNY PowerPack CL51 pleinement chargé, de recharger une tablette, ici l’iPad mini Retina, en branchant celle-ci sur sa prise 2,1 A. Le CL51 a rechargé la tablette à hauteur de 56%. Il lui faut moins de 4h01 pour cela. Après cette épreuve, le CL51 était à plat.
Rechargée complétement, la batterie PNY PowerPack CL51 devait remettre à flot un smartphone, ici l’iPhone 5s, branché sur la prise 1 A cette fois. En moins de 1h51, le smartphone était rechargé à 100%. Dans la batterie autonome PNY PowerPack CL51 il restait alors 56% d’énergie. Cela a permis de recharger complétement une seconde fois l’iPhone 5s (en 1h55). A ce stade, il restait 10% dans le rechargeur. Ce reliquat a pu recharger encore l’iPhone à hauteur de 20 % (en 20 minutes)! Pas mal tout cela.
Et pour les spécialistes de la planification, sachez que le CL51 met quelque 6h30 pour se recharger complètement, à parir du chargeur standard de l’iPhone.

Prix 50 €.

J’aime
La capacité de charge intéressante pour un smartphone.
L’affichage digitale de la charge restante.
La compacité relative pour un chargeur de cette capacité.
La présence des deux ports USB.
Le toucher du produit et la qualité de fabrication.

Je n’aime pas
Le prix, équivalent à la version de plus grande capacité (7800 mAh).

Conclusion
Tout comme la version 7800 mAh, le PNY PowerPack CL51 est aussi une réussite. C’est une bonne idée de lui avoir choisi pour un revêtement plastique « doux » au toucher. Là où la batterie PowerPack 7800 est vraiment destinée à un utilisateur qui veut garantir sa pleine autonomie pendant une journée entière, à utiliser sans peur de tomber en rade sa tablette et son smartphone (entre autres appareils mobiles), le CL51 servira avant tout à permettre l’usage intensif du smartphone du matin au soir. Retenez en effet qu’il est capable de renflouer au moins deux fois un smartphone d’une capacité équivalente à celle d’un iPhone 5s. Malgré un prix qui aurait pu être au moins dix euros moins cher (c’est mon avis), ce PNY PowerPack CL51 est une bonne solution, portable et légère, utile dans son environnement urbain ou en voyage.

A noter, PNY commercialise une édition spéciale, en rose, du PowerPack CL51. A chaque vente d’une CL51 Ruban Rose, la société s’engage à verser 1 € à l’association « Cancer du sein, Parlons-en! » qu’elle soutient dans la lutte contre cette maladie.

Moctar KANE.

PS : si vous avez trouvé ce test utile, n’hésitez pas à le partager et à suivre High-Tech Out sur Twitter, sur le compte @HighTechOut.

Share Button

Une réflexion au sujet de « Test PNY PowerPack CL51 : une batterie autonome soft qui tient au courant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.