Test Shapeheart : brassard magnétique pratique pour le running

Brassard magnétique de smartphone Shapeheart.Grâce à son système de fixation magnétique, le brassard Shapeheart se révèle globalement convaincant. Voici le test.

Brassard magnétique de smartphone Shapeheart, 04 2019, Ph. Moctar KANE.

Brassard magnétique de smartphone Shapeheart, 04 2019, Ph. Moctar KANE.

Le Shapeheart n’est pas le premier brassard que je teste sur HTO. Comme je l’ai déjà indiqué lors d’un précédent test (voir ici celui du The Joy Factory aXtion Night Run Armband), je n’aime pas d’habitude courir avec un brassard. Car je consulte souvent le smartphone pour contrôler les données fournies par des applis telles Runkeeper (en test ici). Et devoir tordre le bras pour la consultation n’est pas plaisant. Et je prends aussi des images avec le smartphone, notamment pour mes tests.
Quand j’ai vu le brassard Shapesheart, dans un salon, il y a déjà assez longtemps de cela, j’ai été tout de suite intéressé par le concept et la solution offerte par son fabriquant à celles et ceux qui veulent, comme moi, avoir rapidement et aisément accès à leur smartphone pendant leur course à pied.

Brassard magnétique de smartphone Shapeheart, 04 2019, Ph. Moctar KANE.

Brassard magnétique de smartphone Shapeheart, 04 2019, Ph. Moctar KANE.

Fixation magnétique
Oui, le Shapesheart est composé de deux parties amovibles. Le brassard proprement dit, une plaque assez rigide sur laquelle se trouvent deux larges aimants, que l’on serre sur son bras à l’aide de sangles pourvues de Velcro. La seconde partie est tout simplement une housse pour smartphone à grand écran (par exemple de diagonale 6,70’’). La surface avant, transparente, de cette housse permet évidemment la manipulation tactile de l’écran du smartphone. A l’arrière de la housse sont placés deux autres aimants. Vous l’avez compris, les deux parties se clipsent par magnétisme. Et se séparent lorsqu’on les arrache à la main.

Sur la tranche basse de la housse, se trouvent trois trous qui permettent le passage du son, de la prise USB ou d’une éventuelle prise jack. A l’avant, un seul trou, en bas, au milieu. Utile si vous utilisez Shapesheart avec un smartphone dont le bouton « Home » ou le capteur biométrique est situé au même endroit.

Brassard magnétique de smartphone Shapeheart, 04 2019, Ph. Moctar KANE.

Brassard magnétique de smartphone Shapeheart, 04 2019, Ph. Moctar KANE.

Sur le terrain
J’ai testé le Shapesheart en courant, et par moments sur terrain relativement accidenté. Evidemment, la question essentielle : est-ce que la fixation est suffisamment forte? Personne n’a envie en effet de voir son smartphone transformé en projectile. Il ressort de mes sorties que cette fixation magnétique est suffisamment puissante pour assurer le maintien du smartphone sur la partie fixe du brassard. Les aimants sont tellement forts qu’il me suffisait juste de rapprocher la housse de son support, sans avoir à ajuster le face-à-face des deux paires d’aimants, pour que la fixation s’opère rapidement et fermement. Et ce même en courant! Donc vraiment pratique lorsque l’on consulte souvent l’écran de son smartphone.
Il existe, à mon avis, de petites imperfections quand même. Quand on a besoin de prendre des images, par exemple une photo à intégrer au parcours enregistré par l’app Runkeeper, le Shapesheart est alors moins pratique dans ce cas-là. Car alors, pour découvrir l’objectif, il faut faire sortir partiellement le smartphone de la housse ou alors relever un peu le rabat arrière (par où passe le mobile). Au fait, à propos de ce rabat, le fabricant aurait dû peut-être y rajouter un petit scratch pour assurer la fermeture de la housse. Mais peut-être qu’un tel ajout aurait fragilisé le tissu à cet endroit.
Autre petit défaut constaté sur le terrain : les boutons latéraux du smartphone, un iPhone, avec lequel j’ai testé le Shapesheart sont un peu difficiles à retrouver et à presser. Et ce à la fois à cause du pourtour un peu rigide de la housse et du petit flottement de l’iPhone à l’intérieur. C’est surtout gênant lorsque l’on veut éteindre l’écran après consultation. Autrement, ne pas pouvoir manipuler les boutons de volume aussi aisément n’a pas été vraiment une gêne en soi. Je pense que la plupart des personnes qui choisiront le Shapesheart auront des casques ou des écouteurs avec commandes intégrées.

Prix 40.

J’aime
La séparation et l’assemblage très aisée des deux parties.
La grande fermeté de la fixation magnétique.

Je n’aime pas
L’absence d’orifice au dos pour la prise d’images.
La manipulation peu aisée des boutons latéraux du smartphone.

Conclusion
A part de petits défauts mentionnés plus haut, ce brassard Shapeheart est une solution pratique et convaincante pour les coureurs qui veulent emporter leur smartphone sans être obligés de le tenir à la main ou de le mettre dans une poche. A recommander.

Moctar KANE.

PS : si vous avez apprécié ce test, n’hésitez pas à le partager et suivez @HighTechOut sur Twitter.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.