Dossier test : neuf smartphones de 2019

Les smartphones iPhone 11 Pro Max, Asus ZenFone 6, Google Pixel 4 XL, Honor View20, Huawei nova 5T, OnePlus 7T, Oppo Reno2, Samsung Galaxy S10+ et Huawei P30 Pro, 2019, Ph. Moctar KANE.Ces smartphones, iPhone 11 Pro Max, Asus ZenFone 6, Google Pixel 4 XL, Honor View20, Huawei nova 5T, OnePlus 7T, Oppo Reno2, Samsung Galaxy S10+ et Huawei P30 Pro, sont tous sortis en 2019, certains en début d’année, d’autres juste à la fin. Les uns sont forts en photo, les autres tirent leur épingle du jeu en vidéo. Il sont testés ici uniquement pour la qualité de leurs images, fixes ou animées.

Voici donc le résumé des tests de neuf smartphones que j’ai eu la chance d’avoir tout au long de cette année 2019. Si le Honor View20 et le Huawei P30 Pro sont sortis en début d’année, certains sont juste sortis à la fin, par exemple le Huawei nova 5T et un peu avant le OnePlus 7T. Donc, j’ai passé plus de temps avec certains photophones que d’autres :ar exemple, toujours, le P30 Pro de Huawei, dont j’ai fait un test (à voir ici sur HTO) au bout de plus de six mois d’utilisation. Je vais ici me limiter à la comparaison de ces neufs smartphones sur le plan de la qualité photo et vidéo. Je ne parlerai pas pour une fois d’autres performances, comme l’autonomie par exemple. Focus sur les images donc.

D’ailleurs, vous l’aurez sans doute remarqué, la capacité de prendre de belles photos et, dans une certaine mesure, de belles vidéos aussi, est devenue un argument marketing ou commercial pour les fabricants de smartphones. La bataille sur ce créneau est telle que sont mis en avant le nombre d’objectifs et la quantité de mégapixels des capteurs placés derrière ces optiques. Mais ne vous y trompez pas, le nombre d’objectifs intégrés à l’arrière du smartphone, s’il peut représenter un confort sur le terrain pour le « smartphotographe », il n’est pas déterminant. Ainsi j’ai remarqué que, dans la très grande majorité des smartphones testés, l’objectif principal est souvent le seul à fournir des résultats optimaux ou juste bons : l’ultra grand angle, quand il y en a un, peut être juste moyen, voire plutôt faible, lorsque ce n’est pas le petit téléobjectif, fût-il que d’un grossissement x2.

Autre enseignement que je tire des tests comparés entre ces neufs smartphones, la qualité fournie dans la prise de vue photo n’est pas forcément liée à celle obtenue en vidéo, et vise versa. Autre chose, les expériences des fabricants dans le traitement logiciel des images sont apparemment très inégales. Dans certains cas, j’ai aussi l’impression que ce travail de traitement, de finition des photos ou des vidéos, a été tout simplement précipité. Espérons, pour les clients, que les plus sérieux sauront faire les mises à jour nécessaires.

iPhone 11 Pro Max

Le smartphone iPhone 11 Pro Max, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone iPhone 11 Pro Max, 2019, Ph. Moctar KANE.

Apple a donc fait passé le nombre d’objectifs sur l’iPhone 11 Pro de deux à trois, suivant la tendance imposée par la concurrence. Et ce au risque de proposer un design bien moins épuré que d’habitude. Et même de subir des moqueries, comme celle qui assimile les trois cercles arrière à des plaques d’un four!

Le smartphone iPhone 11 Pro Max, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone iPhone 11 Pro Max, 2019, Ph. Moctar KANE.

L’objectif standard est équivalent à un grand angle de 26 mm (dans le système optique traditionnel reflex) et a une ouverture de f/1,8.

L’ultra grand angle est l’équivalent d’un 14 mm et a une ouverture plus réduite, à f/2,4.

Le petit téléobjectif, qui sert de « zoom » X2, est donc l’équivalent d’un 52 mm, son ouverture étant f/2, soit proche de celle de l’optique principale.

A savoir, derrière chaque optique, il y a un capteur comptant le même nombre de pixels, à savoir 12 MP. Ce que je trouve particulièrement pratique pour assurer une plus grande homogénéité quand on veut produire et ensuite monter des photos d’un même sujet vu avec des angles différents.

Qualité photo
L’expérience sur le terrain confirme ce à quoi on pouvait s’attendre en comparant les caractéristiques techniques entre les différentes focales. On perd significativement en luminosité (en utilisant le mode manuel d’une appli photo et avec la même vitesse) lorsque l’on passe de l’objectif principal à l’ultra grand angle et presque rien lorsque ce passage se fait vers le télé. Mais surtout, alors que les photos prises avec cet objectif principal sont de bonne facture, tant au niveau de la restitution des détails que du contraste, j’ai constaté une qualité bien moindre avec l’ultra grand angle. Heureusement, le télé X2 a donné aussi de bons résultats.

La Tour Eiffel, photographiée avec l'iPhone 11 Pro Max, Paris, 2019, Ph. Moctar KANE.

La Tour Eiffel, photographiée avec l’iPhone 11 Pro Max, Paris, 2019, Ph. Moctar KANE.

De manière générale, comme avec les précédentes versions, cet iPhone 11 Pro Max respecte relativement bien la colorimétrie des sujets photographiés.

Apple introduit sur cet iPhone 11 un mode de prise de vue photo de nuit. Qui arrive après celui du Google Pixel 3 (dont la version XL est testée ici sur HTO) qui a bluffé beaucoup de monde. Dans l’ensemble, le résultat est bon! Mais reste moins convaincant que son concurrent Google.

Qualité vidéo
L’iPhone 11 Pro Max reste l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur smartphone pour filmer en vidéo. Mais surtout en plein jour ou dans des environnements bien éclairés. Sa captation en 4 K va jusque 60 images par seconde, là où d’autres smartphones haut de gamme, comme le Pixel X4 de Google, se limitent à 30 ips. Et sa stabilisation optique est efficace!

Lorsque la lumière est faible, contrairement à d’autres concurrents testés ici, j’ai constaté une qualité en prise de vue vidéo bien moins convaincante, avec notamment un bruit notable et un manque de détails. Et dans ces cas, évitez d’utiliser l’ultra grand angle : la perte de qualité est trop élevée!

Prix à partir de 1160 €.

Asus ZenFone 6

Smartphone Asus ZenFone 6, 2019, Ph. Moctar KANE.

Smartphone Asus ZenFone 6, 2019, Ph. Moctar KANE.

Dans leur course à l’échalote de l’écran couvrant au maximum la surface avant du smartphone, les fabricants ont imaginé plusieurs solutions. Par exemple, le notch (l’encoche regroupant la caméra frontale et les d’autres capteurs), le poinçon ou même l’objectif qui jaillit verticalement du sommet de l’écran. Asus, lui, fait pivoter de 180°, dans l’axe horizontal et supérieur du smartphone, le bloc optique composé de deux objectifs : ainsi les caméras servent autant pour la prise de vue frontale qu’arrière. La même qualité est assurée autant pour l’autoportrait, désolé « selfie » pour la personne moderne, que pour photographier ou filmer la scène devant soi. C’est un avantage. Reste à savoir si ce dispositif mécanique résiste au temps.

Le smartphone Asus ZenFone 6 avec son bloc d'objectifs pivotant, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Asus ZenFone 6 avec son bloc d’objectifs pivotant, 2019, Ph. Moctar KANE.

L’objectif principal de l’Asus ZenFone 6 est un équivalent grand angle de 26 mm avec une ouverture de f/1,8. Il est associé au fameux capteur de Sony IMX586 à 48MP.

Pour le deuxième objectif, Asus a fait le choix non pas d’un télé mais d’un ultra grand angle, soit, ici, un équivalent de 11 m, avec une ouverture de f/2,4. Derrière se trouve un capteur de 13 MP.

Smartphone Asus ZenFone 6, 2019, Ph. Moctar KANE.

Smartphone Asus ZenFone 6, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité photo
D’après mon test, le rendu photo du ZenFone 6 est de bonne facture… avec son optique principale. J’ai apprécié la restitution des détails ainsi que le contraste. Mais, avec l’objectif ultra grand angle, le résultat est plus critique : il y a en effet un manque de définition et une déformation bien marquée de l’image (et cependant fréquente avec les grands angles). Là aussi, il faudra éviter l’emploi de l’ultra grand angle en condition de basse lumière.

Ancien moulin de Pantin, photographié au smartphone Asus ZenFone 6, 2019, Ph. Moctar KANE.

Ancien moulin de Pantin, photographié au smartphone Asus ZenFone 6, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité vidéo
Quelle grande et agréable surprise que j’ai eue avec le test vidéo de cet Asus ZenFone 6 en filmant des scènes nocturnes. Et cela a été flagrant avec la capture de la scène moulin de Pantin : c’est le meilleur résultat constaté. Il arrive à la fois à restituer les détails des parties sombres de la scène tout en produisant un bon contraste et en limitant le bruit! Bravo! Le résultat est formidable en filmant en 4K à 30 ips, mais sachez que le smartphone peut aller jusque 60 ips. Et donc, à ce rythme-là de 30 ips en 4K, le ZenFone 6, aussi surprenant que cela puisse paraître a priori, donne de meilleurs résultats qu’un smartphone haut de gamme comme le Pixel 4 XL.

Prix 500 €.

Google Pixel 4 XL

Le smartphone Google Pixel 4 XL, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Google Pixel 4 XL, 2019, Ph. Moctar KANE.

Google, non plus, n’a pas pu résister à la pression exercée par la concurrence : le smartphone Pixel 4 XL s’est enfin doté d’un second objectif.
L’optique principale est, comme souvent, un grand angle. L’équivalent d’un objectif 27 mm (avec double stabilisation, optique et électronique) qui ouvre à f/1,7. Le capteur associé compte 12 MP.
Le second objectif est un télé d’équivalence 43 mm. Là aussi, l’ouverture diminue puisqu’elle est de f/2,4. Le capteur joint à ce second objectif aurait 16 MP mais, d’après les données Exif, compterait 12 MP (effectifs alors?).

Google Pixel 4 XL, 2019, Ph. Moctar KANE.

Google Pixel 4 XL, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité photo
Les résultats des photos obtenues avec le Google Pixel 4 XL sont vraiment bons, à la fois avec l’objectif principal qu’avec le télé. Le contraste et le piqué sont quand même inférieurs pour le second mais ils sont quand même bien satisfaisant.

Là où, pour l’instant, Google surclasse la concurrence, c’est dans la prise de vue photo en mode nuit. Son « Night Sight » est juste remarquable : les détails présents dans les parties vraiment sombres et le contraste général sont assurément présents. Le tout est bien meilleur qu’avec l’iPhone 11 Max Pro. Ceci dit, certaines photos de nuit prises par le Pixel 4 XL, comme c’était d’ailleurs le cas avec le Pixel 3 XL, peuvent paraître artificielles tant elles semblent avoir été prises la journée. Mais il est possible, avant la prise de vue, de régler le curseur de l’exposition générale.

Le canal de l'Ourcq, photographié avec le Google Pixel 4 XL, Pantin, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le canal de l’Ourcq, photographié avec le Google Pixel 4 XL, Pantin, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité vidéo
Lors d’un des tests, le Pixel 4 XL a filmé la même scène nocturne que six autres smartphones. Il s’est révélé être l’un des deux meilleurs dans ces conditions. Dommage cependant que la cadence maximale en 4K ne soit que de 30 ips, contrairement à d’autres smartphones haut de gamme tels l’iPhone 11 ou le Samsung Galaxy S10+.

Prix 770 € Pixel 4, 900 € Pixel 4 XL.

Honor View20

Le smartphone Honor View20, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Honor View20, 2019, Ph. Moctar KANE.

C’est l’un des tout premiers smartphones du début de l’année 2019 à bénéficier du fameux capteur de Sony à 48 MP. Si l’on voit bien deux optiques à l’arrière de l’Honor View20, il faut savoir que le « zoom » X2 est boosté numériquement. L’optique principale est quant à elle un équivalent 26 mm et avec une ouverture de f/1,8.

Le smartphone Honor View20, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Honor View20, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité photo
Les photos produites par ce smartphone Honor View20 bénéficient, dans bien des cas, d’une bonne qualité : les détails apparaissent bien. Les résultats sont même bluffants lorsque l’on photographie un sujet rapproché, voire en gros plan, avec le capteur de 48 MP, qui fait la différence. Par contre, quand la lumière baisse vraiment, les résultats deviennent moyens.
Le mode nuit du View20 semble s’en sortir plutôt correctement… mais pas quand il y a dans le champ un sujet en mouvement : dans ce cas, il peut y avoir une succession de silhouettes légèrement décalées les unes par rapport aux autres. Un gros écart avec le Google Pixel 4.

Un coq, au Salon de l'agriculture, photographié avec le Honor View20, 2019, Ph. Moctar KANE.

Un coq, au Salon de l’agriculture, photographié avec le Honor View20, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité vidéo
Dans l’ensemble, les vidéos 4K de cet Honor View20 sont satisfaisantes en qualité. Certes, avec certains sujets en mouvement, il y a un manque de fluidité. Cela ne s’explique peut-être pas seulement par sa cadence maximale limitée à 30 fps. Jusqu’à un certain niveau, la vidéo en basse lumière est plutôt satisfaisante. A condition de ne filmer qu’avec l’objectif principal cependant. Evitez le zoom !

Prix à partir de 550 €.

Huawei nova 5T

Le smartphone Huawei nova 5T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Huawei nova 5T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Ne vous laissez pas impressionner par le nombre d’objectifs qu’affiche Huawei avec son smartphone nova 5T! Il y en a quatre mais deux sont associés à des capteurs de 2 MP.
L’optique principale, un équivalent grand angle de 26 mm à ouverture f/1,8, est couplée avec l’imposant capteur 48 MP de Sony.
L’autre objectif intéressant pour la prise de vue est l’ultra grand, un équivalent 17 mm ouvrant à f/2,2.

Le smartphone Huawei nova 5T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Huawei nova 5T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité photo
J’ai apprécié lors du test la qualité de l’objectif principal. Le piqué est là. A noter, la performance suffisamment bonne pour l’ultra grand angle : ce n’est pas toujours le cas avec les autres smartphones. Par contre, essayez le plus possible de ne pas utiliser le zoom x2, équivalent à 52 mm : il est numérique et le rendu n’est pas terrible.
Le mode nuit est également satisfaisant. Il ne rivalise pas avec le Pixel 4 mais il se débrouille bien.

Rue de Paris, photographiée avec le smartphone Huawei nova 5T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Rue de Paris, photographiée avec le smartphone Huawei nova 5T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité vidéo
Comparé à l’ensemble des autres smartphones, le Huawei nova 5T est loin d’être transcendent lorsqu’il s’agit de filmer une scène nocturne : il y a un manque évident de détails dans les parties sombres et le bruit est trop important. La différence est alors nette avec l’OPPO Reno2, un de ces concurrents directs en termes de positionnement prix.

Prix 490 €.

OnePlus 7T

Le smartphone OnePlus 7T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone OnePlus 7T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le OnePlus 7T appartient au club des smartphones à triples objectifs (réels).
L’objectif principal est un grand angle. C’est l’équivalent d’un 27 mm et il est en duo avec le capteur de Sony à 48 MP. Son ouverture atteint f/1,6.
Quant au téléobjectif, c’est un équivalent 66 mm avec une ouverture de f/2,2 et doté d’un capteur de 12 MP.
L’ultra grand angle, à ouverture f/2,2 aussi, s’assimile à un 13 mm et son capteur associé compte 16 MP.

Le smartphone OnePlus 7T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone OnePlus 7T, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité photo
Les résultats du test photo montrent que la qualité des images fixes prises par le OnePlus 7T sont en général vraiment bons, surtout avec l’objectif standard et le télé. L’ultra grand angle n’est pas mal mais il est en retrait quand même. Il reste encore un peu pour que le OnePlus s’élève au niveau des smartphones haut de gamme en termes de qualité photographique.
Cette différence avec le top des smartphones se voit notamment en mode nuit : il y a encore trop de bruit sur les photos du OnePlus 7T.

Le Centre Pompidou, photographié avec le OnePlus 7T, Paris, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le Centre Pompidou, photographié avec le OnePlus 7T, Paris, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité vidéo
Ici, c’est une autre surprise agréable : dans le test de capture vidéo d’une scène nocturne le OnePlus 7T s’est particulièrement bien débrouillé, avec justement une gestion maîtrisée du bruit !En 4K à 60 ips de surcroît, le résultat est meilleur que l’iPhone 11 Pro Max!

Prix 600 €.

Oppo Reno2

Le smartphone Oppo Reno2, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Oppo Reno2, 2019, Ph. Moctar KANE.

Comme l’aileron d’un requin qui remonte à la surface! C’est ainsi que l’objectif frontal du smartphone Oppo Reno2 apparaît en haut de l’écran lorsque l’on veut tirer son portrait. Du coups, l’écran couvre quasiment toute la surface avant du smartphone. A l’arrière se trouvent les objectifs que vous utiliserez vraiment pour prendre des images.
L’objectif principal, à f/1,7 et à équivalent 27 mm (un grand angle donc), est couplé au déjà fameux capteur Sony à 48 MP.
Le téléobjectif à ouverture f/2,4 fonctionne de manière hybride. L’appli interne photo permet rapidement d’avoir les zooms X2 et X5. Le capteur arrière compte 13 MP.
L’ultra grand angle est associé à un capteur comptant encore moins de pixels (8 MP) et son ouverture est de f/2,2.
Qualité photo
Si l’objectif principal de l’Oppo Reno2 a donné, dans l’ensemble, de bonnes photos, sachez que le zoom hybride a été catastrophique, quelques fois même en plein jour, avec une scène bien éclairée par le soleil! Oppo doit réparer cela, avec si possible une mise à jour.
Quant à l’ultra grand angle, ce n’est pas terrible non plus. La déformation est bien visible et surtout le bruit présent sur les parties sombres d’une scène en basse lumière est trop important!
En mode nuit, si on compare ses résultats à ceux de l’iPhone 11 Pro Max ou du Google Pixel 4 par exemple, le travail fourni par le Reno2 d’Oppo est perfectible.

Abords de l'étang du Moulin à Renard, photographié avec l'Oppo Reno2, Guyancourt, 2019, Ph. Moctar KANE.

Abords de l’étang du Moulin à Renard, photographié avec l’Oppo Reno2, Guyancourt, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité vidéo
En vidéo, et en particulier lorsque la lumière vient à manquer, l’Oppo Reno2 est plus convaincant. En 4K à 30 ips, les détails sont reproduits de façon satisfaisante et le bruit est bien maîtrisé.
A noter, la bonne stabilisation assurée par le Reno2.
Autrement, à plusieurs reprises, j’ai noté que l’emploi du télé, même en plein jour, est problématique.

Prix 500 €.

Samsung Galaxy S10+

Le smartphone Samsung Galaxy S10+, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Samsung Galaxy S10+, 2019, Ph. Moctar KANE.

L’objectif principal du smartphone Samsung Galaxy S10+ bénéficie d’une grande ouverture, soit f/1,5! C’est une des rares exceptions dans le monde des smartphones, l’ouverture de cette optique peut changer et se fermer à f/2,4 (en pratique, c’est en fait un gadget, pas très utile, comme je le mentionnais dans le test du Samsung Galaxy S9+ ici sur HTO). Derrière cet objectif principal (à équivalent) 26 mm se trouve un capteur de 12 MP.
L’objectif ultra grand angle à équivalent 13 mm, associé à un capteur de 16 MP, a une ouverture de f/2,2.
Quant au télé X2 (équivalent 52 mm), il possède une ouverture de f/2,4 et fonctionne avec un capteur de 16 MP.

Le smartphone Samsung Galaxy S10+, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Samsung Galaxy S10+, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité photo
Ce smartphone Samsung Galaxy S10+, avec son objectif principal, montre sa supériorité en photo, dans de bonnes conditions d’éclairage. Dans ces cas, le Galaxy S10+ est meilleur que l’iPhone 11 Pro Max et que le Pixel 4 XL. Son téléobjectif x2 fait aussi un bon boulot mais, d’après ce que j’ai observé, c’est légèrement inférieur à l’iPhone 11 Pro Max mais légèrement supérieur au Pixel. L’ultra grand angle a (évidemment) des résultats photos moins bons que le principal mais il se défend mieux que celui de l’iPhone.
En mode nuit, les détails et le contraste sont moins bien restitués ou assurés qu’avec le Google Pixel 4 XL.

Une statue au Louvre, photographiée au Samsung Galaxy S10+, 2019, Ph. Moctar KANE.

Une statue au Louvre, photographiée au Samsung Galaxy S10+, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité vidéo
Le Samsung Galaxy S10+ enregistre en 4K à 60 ips, comme l’iPhone 11 Pro Max. Les tests de captations vidéo de scènes nocturnes ont révélé des résultats étranges pour cet appareil Samsung : il y avait trop, trop de bruit! Avec de plus, pour une des scènes, une surexposition. Et surtout un manque de contraste et une vidéo pour le coup délavée. Décevant pour cet appareil positionné haut de gamme.

Prix à partir de 1010 €

Huawei P30 Pro

Le smartphone Huawei P30 Pro, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Huawei P30 Pro, 2019, Ph. Moctar KANE.

Déjà testé sur High-Tech Out (ici), le Huawei P30 Pro a été le premier smartphone présenté avec un « zoom » optique X5 mis sur le marché.
L’objectif principal, à f/1,6, un grand angle équivalent à un 27 mm, est associé à un capteur de 40 MP.
L’ultra grand angle, équivalent à un 16 mm, a une ouverture f/2,2 et fonctionne avec un capteur de 20 MP.
Quant à l’optique qui joue le rôle du zoom X5, qui fonctionne avec un système de périscope, voit son ouverture baisser jusque f/3,4. Le capteur associé est de 8 méga pixels.

Le smartphone Huawei P30 Pro, 2019, Ph. Moctar KANE.

Le smartphone Huawei P30 Pro, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité photo
Je vous renvoie au test dédié à ce Huawei P30 Pro (ici donc sur HTO) si vous voulez plus de détails. Pour résumer, la qualité photo est généralement bonne et surtout la disponibilité des trois optiques est pratique à l’usage.

La Tour Eiffel, photographiée avec le smartphone HuaweiP30 Pro, 2019, Ph. Moctar KANE.

La Tour Eiffel, photographiée avec le smartphone HuaweiP30 Pro, 2019, Ph. Moctar KANE.

Qualité vidéo
Si en général les vidéos du P30 Pro de Huawei sont satisfaisantes, quoique manquant de fluidité dans certains cas, sachez que c’est d’un niveau inférieur même au précédent iPhone Xs Max. Et en particulier, la cadence de la 4K est limitée à une cadence de 30 ips.

Prix à partir d’environ 1000 €

Conclusion
Les tests de tant de smartphones, évalués essentiellement sur les critères photo et vidéos, confortent d’avantage mon opinion : il n’y pas pas vraiment, pour l’instant, LE meilleur smartphone, le meilleur photophone… capable d’être performant dans toutes ou quasiment presque toutes les situations. Pas encore en tout cas. Car je remarque bien au moins trois choses.
D’abord, à part peut-être une ou deux exceptions, les optiques sur un même smartphone divergent assez souvent et amplement en qualité. Ensuite, si la plupart des smartphones, fort heureusement, se débrouillent bien pour la prise d’images dans des conditions de bon éclairage, il demeure quand même encore des différences notables entre marques et entre gammes. Et de surcroit, lorsqu’il s’agit de la prise de vue en basse lumière, que les réglages soient faits manuellement par les utilisateurs les plus expérimentés ou automatiquement par le mode nuit, les écarts restent notables entre les smartphones. Et enfin, un smartphone, même haut de gamme, peut afficher des qualités bien opposées selon qu’il prenne une photo ou une vidéo.
Ceci étant dit, laissez-moi avancer quand même ici quelques bons produits, et ceci selon l’usage envisagé.
Pour prendre des vidéos de sujets évoluant le jour ou dans des scènes pas trop obscures, l’iPhone 11 Pro Max reste le champion : la qualité, notamment la fluidité (en 4K à 60 ips) et la stabilité, des images est généralement optimale. En photo, l’iPhone assure souvent de bons résultats aussi. Mais il y a mieux, le meilleur ayant été lors du test le Samsung Galaxy S10+ ! Sublime, là aussi pour les sujets photos pas trop sombres. En vidéo, en environnement peu éclairé, ce Samsung est à éviter.
L’un des meilleurs smartphones, pour prendre des images, photos comme vidéos, autant le jour que la nuit, c’est sans doute le Google Pixel 4 XL. Il a presque tout bon. Il est excellent pour la photographie nocturne, si vous êtes prêt à laisser Google opérer sa puissance logicielle, ce qui peut être frustrant pour les photographes habitués à prendre les réglages en main. Une grosse déception cependant : l’usage du Pixel 4, contrairement au Pixel 3, ne permet plus de stocker en ligne sur Google Photos de manière illimitée (pendant plusieurs années en fait) ses images au format non compressé d’origine.
La très bonne surprise pour moi lors de ces tests a été l’Asus ZenFone 6 : la qualité des vidéos des scènes nocturnes est au-dessus du lot.
A surveiller, les futures versions des OnePlus, car le modèle 7T montre déjà des résultats intéressants. La vidéo, nocturne en particulier, est de bonne facture. Reste à améliorer la photo en mode nuit. Si OnePlus, entre autres défauts, élimine les bruits des photos prises dans ce mode, cela promet. La marque pourrait se hisser alors au rang des meilleurs.
Petit rappel quand même, le Huawei P30 Pro. Si ce smartphone a marqué, à juste titre, l’année 2019, notamment avec la qualité de ses photos et la commodité de la présence de plusieurs « zooms » dont ce X5, Huawei se doit d’améliorer rapidement la qualité de ses vidéos, d’augmenter la cadence de sa 4K, et de proposer aussi un meilleur mode nuit, pour rester parmi les cadors des photophones. A suivre.
Pour l’heure, à mon avis, chez ces poids lourds, il n’y a encore aucun smartphone qui mette KO un concurrent direct sur le terrain de la prise d’images. Mais chacun des combattants mis en avant plus haut a ses arguments de taille, chacun bien armé dans son coin de ring.

Moctar KANE.

PS : si vous avez apprécié ce test, n’hésitez pas à le partager et suivez @HighTechOut sur Twitter.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.